Revivre par ma passion


Comme plusieurs motocyclistes de l’est du Québec, j’ai fais ma première randonnée de la saison. Pas besoin de vous dire que je n’étais pas seul sur la route. Un peu moins de deux cent kilomètres dans ma belle région de Lanaudière.

 

En quittant ma ville, j’ai longé la rivière L’Assomption, le niveau de l’eau était haut et les blocs de glace descendaient tranquillement vers les embouchures de la rivière des Prairie et du Saint-Laurent. Les chemins étaient secs mais combien raboteux, parfois je levais de mon siège, L’Assomption, Saint-Paul de Joliette, le soleil brille et la chaleur, enfin est au rendez-vous.

 

La circulation est assez dense, elle m’empêche de profiter des plus belles séries de courbe, ce n’est pas grave, vaux mieux se faire la main tranquillement après tout c’est la première de l’année. Il y a beaucoup de d’eau dans les champs et peu de neige, alors que certain ruisseau son encore gelé, d’autre regorge d’eau avec un débit plus que rapide.

 

Joliette, Saint-Thomas, tiens un vignoble, ce qui me fais penser que je veux voir combien il y en a dans la région de Lanaudière, juste aujourd’hui je vais passer devant quatre vignobles qui sait pour l’automne prochain une route des vins dans ma région.

 

La route 158 est magnifique, un carrefour giratoire que je réussi à prendre à l’Italienne et me voilà avec un sourire et des souvenirs d’une Mégaride  dans les Alpes Française et Italienne sans oublier la Toscane. Comme il n’y a pas de feuille dans les arbres, je vois très bien le pont couvert rouge du nom de Grandchamps à Sainte-Geneviève-de-Berthier qui enjambe la rivière Bayonne depuis 1912.

 

Me voilà maintenant à Berthierville, un arrêt pour un café au Tim Horton. Le stationnement déborde de moto, c’est surtout le rendez-vous des amateurs de moto custom et personnalisé et en majorité, des Harley Davidson. Après avoir trouvé un espace pour ma moto, je remarque que nous avons tous un point commun, un sourire qui nous anime tous, un sourire qui botte le derrière à cet hiver interminable que nous avons eu cette année.

 

Le retour se fait par la route 138, le long du majestueux Saint-Laurent, libre de glace évidement mais avec par endroit de la glace sur la rive. Les bernaches se font doré au soleil et certaines recherche leurs nourriture sans se soucier de la froidure de l’eau, quel beau spectacle de voir les volées d’outarde.

 

Lanoraie, Lavaltrie  et l’Assomption, je termine la boucle vers la maison. Quelle belle après midi, il me semble rajeunir, enfin je me sens revivre avec ma passion.   

Au plaisir et ce kilomètre après kilomètre.

Megaride 2013.