Le troll


Sur les réseaux informatiques, notamment Internet et Usenet, on utilise le terme troll pour désigner, sur un espace de discussion (de type forum, newsgroup ou wiki), un utilisateur qui cherche à créer une polémique en provoquant les participants.

Par métonymie, on parle de troll pour un message dont le caractère est susceptible de générer des polémiques ou est excessivement provocateur, sans chercher à être constructif, ou auquel on ne veut pas répondre et que l'on tente de discréditer en le nommant ainsi.

Le mot "troll" peut également faire référence à un débat conflictuel dans sa globalité. Dans la majorité des cas, l'évaluation repose sur l'aspect récurrent ou caricatural de l'argumentation, les participants peuvent alors tout aussi bien être qualifiés de "trolls" que de "trolleurs".

Objectifs d'un troll

Les objectifs d'un troll peuvent être multiples et variés, allant du simple jeu à la volonté d'imposer ses idées, d'amusement pur et simple, ou même à la tentative de détruire l'intérêt d'un forum, ou d'une discussion visée par ses actions, par censure...

On distingue en général deux catégories intentionnelles:

Le troll bénin

Dit aussi "troll newbie", "troll bête"... Désigne simplement un internaute dont la conversation n'est pas très pertinente ou très polie et engendre nombreuses discussions inutiles.

 

Le troll malin

Désigne un internaute qui cherche volontairement à saboter les procédés de communication. Ils comprennent en général très bien le fonctionnement d'internet et savent qu'il est très facile de s'en servir pour manipuler ou mentir.

Souvent ils considèrent l'espace de discussion sans autre intérêt que celui que peut représenter un jeu de rôle. Le but recherché est de faire vivre un personnage imaginaire, de gagner de la considération ou du respect en s'attribuant de fausses compétences ou en marquant des points sur d'autres intervenants arbitrairement considérés comme des adversaires pour le déroulement du "jeu". L'état d'esprit est proche de celui d'un jeu de rôle. La capacité de régénération agit de la même façon que chez le troll mythique. Certains intervenants ont deux ou plusieurs personnages virtuels afin de se renforcer les uns les autres ou soutenir le personnage principal. Lorsque le personnage principal et ses intentions sont mis en évidence, et qu'il est banni par les modérateurs ou en perte de prestige, un autre personnage vient se substituer au "mort". Tout ça sous les ficelles d'un même et seul internaute.

Une petite partie ont des objectifs plus précis que simplement se défouler et nourrir leur égo ( marketing, propagande...)

Déroulement

On dit qu'une discussion s'enflamme lorsque les échanges se multiplient entre les participants et que le ton monte. L'origine du conflit - si conflit il y a - n'est pas forcément un troll ou tout du moins, n'est pas forcément un troll « volontaire ». On ne parle de troll que lorsqu'on pense avoir décelé une volonté de polémiquer allant au-delà de la volonté d'avancer dans une discussion.

donotfeedtroll Panneau d'interdiction de nourrir les trolls

Les méthodes d'action du troll vont de la simple insulte au flood, en passant par diverses démarches, telles que :

  • ne jamais être d'accord sur n'importe quel type de sujet, ou au contraire être systématiquement d'accord, le but n'étant pas de donner son avis mais d'alimenter la polémique ;
  • ne jamais être d'accord avec un interlocuteur considéré gênant, l'accusant de fake, d'inculte, de naïf et même de troll ;
  • allusion à un débat voisin, mais hautement polémique (par exemple, allusion au conflit israélo-palestinien dans un débat sur la politique égyptienne) ;
  • attaques sur la forme (par exemple, commencer les réponses avec l'expression "c'est n'importe quoi") ;
  • hors-sujet (attaques personnelles, détournements du fond du débat) ;
  • double discours ;
  • sous-entendus menaçants ;
  • insultes visant un groupe de personnes (nationalité, religion, opinion politique, etc.) et permettant de déclencher de nouvelles interventions ;
  • procès d'intention ;
  • délation et/ou diffamation ;
  • bluff ;
  • sophisme ;
  • autodérision de façade pour camoufler des intentions malveillantes ;
  • moquerie fraternelle et private joke ;
  • mélange de flatterie envers les uns et injures envers les autres, pour s'attirer à la fois alliés et ennemis. Lorsque le but du troll est le jeu ou la provocation, il tente de maximiser son nombre d'adversaires. Au contraire, s'il est déterminé à nuire, il va tenter d'avoir un maximum d'alliés et d'isoler sa victime.

Le sujet « part en troll » si des participants au débat « tombent dans le piège » tendu par le troll et se lancent dans une discussion stérile loin du sujet initial. On a tendance à dire que l'unique solution se trouve dans la phrase « Don't feed the Troll », en français « Ne nourrissez pas le troll », c'est-à-dire, ignorez le troll ou ne lui donnez pas matière à polémiquer.

Le troll change souvent d'état. Ici, victime ou génie incompris, là, sympathique bonhomme cherchant du soutien, là encore, agressif et provocateur ou encore conseiller désintéressé. Il est toujours pugnace, il abandonne parfois le débat mais jamais le sujet qui l'obsède. Ainsi, un troll ignoré ou insatisfait tentera à plusieurs reprises d'enflammer la discussion. Le troll obsessionnel est attaché à un sujet et ramène les débats toujours à lui, en général un concept, une idée simpliste ou même un mot d'ordre.

En général, si la discussion s'envenime suffisamment, et que les arguments viennent à manquer, le troll ou l'un de ceux qui le nourrissent finissent par atteindre le point Godwin.

Limite

Certaines personnes dénoncent les abus d'utilisation du terme « troll » qui pourrait parfois servir à couper court à toute discussion et débat. Ainsi, un intervenant à un débat pourrait utiliser ce terme afin de discréditer les personnes qui remettent en cause ses thèses, en les accusant de vouloir polémiquer. Le troll se détachant d'une simple opposition d'idées par l'aspect volontaire de la polémique, il est parfois extrêmement difficile à détecter. Ainsi, parfois, ce peut être l'accusateur qui est en fait un troll.

Enfin il ne faut pas confondre un troll avec un toad. La principale différence est que le toad est sincère, il cherche juste à imposer ses idées qui peuvent être malsaines mais il ne cherche pas à parasiter les discussions.

Sujets de troll classiques

Un troll velu

Dans le folklore d'Internet et d'Usenet, certains sujets polémiques sont réputés pour les débats sans fin qu'ils engendrent. Ceux-ci, généralement fondés sur des préférences personnelles sur lesquelles il est impossible de trouver un compromis, peuvent être utilisés afin de lancer un troll. Par exemple, parmi les utilisateurs de systèmes UNIX ou GNU, les sempiternelles querelles entre les partisans de l'éditeur de texte vi et ceux de l'éditeur de texte Emacs en font un sujet de troll classique.

Il en est de même pour les préférences en matière d'environnement de bureau pour systèmes X11 (par exemple, les débats comparant GNOME, KDE ou XFCE), pour les préférences en matière d'ordinateur, de console de jeux (par exemple, PS3 contre Wii ou contre Xbox 360), de système d'exploitation (par exemple, les débats Macintosh contre PC ou Windows contre GNU/Linux, etc) ou de navigateur (Firefox contre Opera ou Internet Explorer (ou plus récemment Safari, le navigateur Apple).

Bien sûr, le phénomène n'est pas limité aux sujets relatifs à l'informatique, ainsi chaque grand thème (société, économie, politique, sciences, sexe, racisme...) possède sa panoplie de sujets à trolls, qui finissent par être bien connus des usagers des forums concernés.

La plupart des sites de discussion et des listes de diffusion ont leurs débats-types, tellement ressassés qu'il n'est pas rare de voir des participants crier au troll dès que le sujet est mentionné, prenant parfois au dépourvu un nouvel utilisateur.

Certains trolls se sont même regroupés, comme dans la Gay Nigger Association of America (le nom étant tiré du film de série B danois de 1992 Gayniggers from Outer Space.

source-Wikipédia