Motocyclettes : Mar...
 
Notifications
Retirer tout

Motocyclettes : Marteaux-piqueurs et scie rondes à deux rou

 

Max
 Max
(@max)
Équipe
Inscription: il y a 16 années
Posts: 3016
Début du sujet  

En me promenant sur le web je suis tombè sur ca :

Motocyclettes : Marteaux-piqueurs et scie rondes à deux roues
Le mot « vrombissement » ne convient pas pour caractériser le bruit des moteurs de motocyclettes. Attaques de décibels, « train d’enfer », « détonations répétées », ces formules conviendraient mieux. Intolérable c’était hier quand votre détente du soir dans votre jardin a été soudain anéantie par le passage dans une rue paisible de Montréal d’un de ces véhicules attaquants. Monstrueusement bruyant.

Autre exemple. Vous marchez dans le parc de la Visitation, sur le bord de la rivière des Prairies, un endroit absolument magnifique, vous vous sentez bien, heureux ; tout à coup, brutalement, de l’autre côté de la rive, un grondement sourd, avec des pics de bruit qui débutent et s’accroissent : c’est, une fois de plus au cours du même été, une de ces motos bruyantes. Le sourire a disparu de votre visage, vous êtes au contraire contrarié, agressé, le plaisir que vous aviez est rompu, vous ne pouvez plus apprécier le paysage : la verdeur des arbres, le soleil, les reflets sur l’eau…

Encore un autre exemple. Vous avez été confronté à la même chose le week-end précédent à proximité d’une des entrées du Parc national de la Mauricie, à la sortie de St-Jean-des-Piles. Toujours ces mêmes motocyclettes bruyantes qui viennent dévaster d’un seul coup un décor de campagne magnifique ; c’est tantôt une seule, tantôt un groupe de ces engins grondants propulsant une quantité absolument effrayante de décibels. Ces engins qui tuent votre plaisir entreront sur le territoire du parc de la Mauricie, un lieu supposément consacré à préserver des espaces naturels. Il y a quelques années, alors que deux de vos proches faisaient paisiblement du canot sur l’un des lacs de ce même parc national, subitement et à plusieurs reprises au cours du même après-midi, ils avaient été dérangés et choqués profondément par des caravanes d’engins pareils – fini la détente, l’écoute des grillons, l’écoute du chant magnifique des oiseaux, la contemplation d’une famille de canards !

Très longue liste. Trop longue liste. On est incommodé par des motos bruyantes dans la belle région d’Oka, dans la belle région du lac Champlain, dans la belle région de Dunham, dans les Cantons de l’Est, etc., etc. Alors cette question qui vient forcément : à quel endroit la paix, à quel endroit le silence, où la campagne existent-ils donc encore ? Si ce n’est même plus aux abords des parcs, même plus dans les parcs. Qu’on se rende compte de l’aberration ! Quelque chose comme 141,000 motocyclettes seraient en circulation au Québec en 2006. Le tort causé par celles-ci à la population est immense. De grâce, que cessent ces violences sonores !!! Vous n’en pouvez plus. Et vous avez raison.

haut
Qu’en est-il du bruit des motocyclettes ? Comparativement à la scie mécanique et au marteau piqueur, disons ?
Voici les données recueillies dans le Mémoire de l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec présenté en juin 2005 dans le cadre de la consultation publique sur les véhicules hors route ; voir la p.15. Les données scientifiques colligées pas cet organisme québécois établissent à

110 dB(A) le bruit produit par la Scie mécanique et le marteau piqueur ; on souligne qu’à un mètre de distance il y a risque à l’audition dans le cas d’une exposition de plus de 1 min/jour ;

les mêmes données établissent

entre 100 et 105dBA le bruit produit par la motocyclette, la motoneige, la scie ronde et un baladeur à volume max. Il s’agit de choses extrêmement sérieuses. On parle de risque à l’audition dans le cas d’une exposition de plus de 15 min/jour.

Votre expérience vécue et les données objectives convergent. Les motocyclettes font immensément de bruit. Presque autant que le marteau-piqueur (qui, lui, sert à quelque chose). On s’en plaint au Québec. On s’en plaint ailleurs dans le monde. Citons un court extrait du même Mémoire de l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec démontrant à quel point le bruit des motos est ressenti comme une nuisance extrêmement importante, même si on ne les entend pas sur un mode continu.

« Si l’on croit que la particularité des émissions sonores plus sporadiques des VHR diffère du bruit plus continu de circulation routière et ainsi constitue une circonstance atténuante, il faut se détromper : le bruit de circulation des motocyclettes (véhicules typiquement équipés de moteurs deux temps comme le sont les motoneiges et les VTT) est l’émission sonore déclarée en seconde position comme la plus notable et la plus dérangeante par 2 036 enfants de la région londonienne, après la circulation ferroviaire (Dockrell et Shield, 2004).(Nous soulignons) »

Il est vrai que dans la vie, il faille être tolérant, mais il est tout aussi vrai qu’il ne faut pas tolérer l’intolérable. Sinon, c’est de masochisme qu’il s’agit. Et dans le cas qui nous occupe, moins on y voit plus ça s’aggrave ! Prenons l’exemple de la Grèce. Athènes, le lieu d’une civilisation antique si riche, le berceau de la démocratie, subit non seulement le problème de pollution atmosphérique que l’on sait mais une infestation absolument épouvantable de motocyclettes qui détruit complètement l’environnement sonore. En outre hélas, bien qu’à plus petite échelle, c’est également le cas de petits ports charmants des îles cycladiques dans la mer Égée. La motocyclette détruit là-bas la beauté du monde, tout comme elle le fait ici. Il ne saurait donc être question de laisser faire. Agissons d’abord plus près de nous, au Québec ; l’exemple finit toujours par servir ailleurs.
Quelle solution au problème aigu des motocyclettes ? Régler le problème à la source ; la recommandation no. 2 que l’on peut lire dans le Mémoire de l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes va dans le même sens. Elle se lit comme suit, à la page 47 du rapport.

RECOMMANDATION 2 Adapter la législation et la réglementation :

o pour assurer un meilleur contrôle du bruit à la source des machines ou objets émetteurs de bruit ; (nous soulignons)

Rappelons quelques données :

- Une voiture roulant à 60 km/h à 20 mètres produit 65 dB de niveau de bruit ;

- Un camion roulant à 50 km/h à 20 mètres, 85 dB de niveau de bruit.

Il est absurde qu’une motocyclette nous assène entre 100 et 105dBA dans les oreilles. Ridicule que les motocyclettes soient plus bruyantes que le trafic urbain en général et que les camions diesel. Il est néfaste que le vacarme des motocyclettes agresse à ce point les autres citoyens.

Solution ? Interdire tous les moteurs deux temps sans exception, sur tous les véhicules en contact avec la population. Il s’agit de la solution la plus simple et la plus efficace. De la meilleure. La protection du droit à la quiétude des citoyens, la protection de la qualité de vie au Québec exigent le plus vite possible l’interdiction du moteur deux temps.

haut
Motocyclistes en accord avec nous... sur le bruit des motos !
Nous avons vu le problème majeur, celui des moteurs deux temps. Il y a également le bruit causé par les échappements (de motos) pour ainsi dire inexistants ou par des échappements modifiés expressément pour être plus bruyants. Sur ce point, même des motocyclistes rejoignent notre point de vue. Le bruit (des motocyclettes) est aussi un fléau à combattre pour le "comité d'action politique motocycliste", le CAPM.

Eh bien d'entrée de jeu, sur ce point, nous leur disons "Bravo" ! Les gens de ce COMITÉ D'ACTION POLITIQUE MOTOCYCLISTE écrivent en effet certaines lignes que nous pourrions écrire nous-mêmes. Ils ne ménagent pas plus que nous les motocyclistes qui font preuve d'un total irrespect à l'égard d' autrui. En ne respectant pas les lois et les règlements en vigueur contre le bruit, notamment contre les silencieux totalement inadéquats.

"Le CAPM est préoccupé par le bruit causé par les motocyclistes et avec raison. Le bruit est un véritable fléau à combattre. Par exemple, certains motocyclistes diront que le fait de rouler avec des « straight-pipes » n'est pas plus dérangeant que le bruit d'une tondeuse ou d'une tronçonneuse. Pour leur part, d'autres pensent que le fait d'avoir des « straight-pipes » leur sauvera la vie. Il y a ceux qui doivent à tout prix faire comme les autres pour avoir l'air « cool » . Certains autres n'ont carrément aucun respect pour l'environnement et ne font preuve d'aucun civisme. En bon québécois, ils aiment carrément faire chier le peuple et ils se désintéressent… de tout."

On lira avec un vif intérêt le texte intitulé : Le bloc-notes du C.A.P.M.(Comité d'action politique motocycliste) en format PDF. Un étonnant texte incluant les 3 paragraphes suivants : Le bruit : notre ennemi (juillet 2004), Une analyse de la question du bruit relié aux silencieux et Le bruit : un fléau à combattre. Le tout sur le lien suivant :

haut
Témoignages
Enfin ! Inscrivez mon nom sur votre liste d'adhérents, vite ! Nous sommes dans la région de Beauport, Québec. Ici nous avons tous les sons : scooters, grosses motos, camion diesel, voitures jackées ‘extrême bruit', course de pétéradeurs la nuit ! Je propose PÉTÉRADEURS comme qualificatif pour ces bruyants personnages sans conscience sociale. C'est-à-dire des personnes ayant des problèmes psychologiques leur permettant d'imposer leurs complexes profonds sous forme de bruits, sans questionnement sur les impacts sociaux tel que : les personnes âgées, les malades, les travailleurs de nuit qui dorment le jour, les enfants en bordure de leur passage, la pollution, la beauté du silence, la considération des autres, le droit de vivre dans un endroit paisible. Qu'on exige les moyens nécessaires pour mandater et équiper la police et/ou autre, afin de mettre fin à cette agression sociale inacceptable !

John Shea, région de Beauport, Québec, Qc

Vacarme infernal – Motos bruyantes

C'est avec beaucoup de joie et surtout beaucoup d'espoir que j'ai découvert votre site , tout à fait par hasard en navigant sur le web. Je suis dans un état de désespérance absolue concernant ces agressions incessantes face à mon droit de jouir paisiblement de mon environnement. Je suis un ancien citadin de l'ile de Montréal. En venant m'établir dans un village paisible de campagne, j'avais espéré m'éloigner des bruits de la ville. Erreur! Je demeure dans la région de Lanaudière, à Lanoraie plus précisément. La route panoramique qui longe le St-Laurent, entre Montréal et Québec, traverse notre village ainsi que des dizaines d'autres. En dehors de "la belle saison", tout y est relativement paisible. Toutefois, dès les premiers beaux jours du printemps et jusqu'à tard à l'automne, à toute heure du jour ou de la nuit, nous sommes sauvagement agressés par le vacarme infernal de la majorité des moteurs de motos! Certains sont audibles à plusieurs kilomètres en aval et en amont de ma résidence! Et lorsque la meute défile devant chez moi, le vacarme entendu pourrait facilement être comparé à celui que produirait tout un escadron d'avions B52, en mission de bombardement: La maison et le sol vibrent, les tympans veulent éclater! Impossible de se détendre et de dormir en paix. Aucun lieu, aucun recoin de ma résidence ne peuvent me mettre à l'abri.
Bon, j'arrête ici ma description de cette intolérable situation. Vous le faites mieux que moi sur votre site. Merci.
Je vous écris principalement pour vous féliciter pour la mise en ligne de votre site et me joindre à votre groupe pour participer à toutes formes de protestations et d'actions pouvant contribuer à éliminer cette intolérable source de pollution.
Depuis au moins deux ans, je multiplie les demandes, les envois de lettres, de courriels à nos élus locaux et provinciaux, les rencontres avec les policiers provinciaux (poste de la S.Q. de Berthierville) etc. Nos élus municipaux se disent totalement impuissants car cela ne relève pas de leur juridiction... Faut voir avec "Québec" m'ont-ils répondu !...
De plus, je songe maintenant à faire signer une pétition et à organiser une ou des marches de protestation - (Genre blocage temporaire de la route - comme le font avec tant de succès nos amis Amérindiens) par le plus grand nombre possible de mes concitoyens, installations de panneaux routiers, etc.
Malgré d'aimables accusés de réception, quelques communications téléphoniques et quelques rencontres avec les policiers, rien de concret jusqu'à ce jour, sauf, semble-t-il, un constat d'impuissance à tous les niveaux!
S.V.P. Communiquez avec moi. Je suis tout à fait déterminé à entreprendre tout ce qu'il faut pour stopper cet inutile vacarme.

Réal Comtois, Lanoraie, Qc

Nos petits anges aux ailes de tôle pleurent, on veut augmenter l'immatriculation des motos, tant mieux cela fait assez longtemps que vous nous ''écoeurez'' avec vos maudites ''bécanes''. Je demeure dans la région d'Oka ; toutes les fins de semaine ces ''sauvages'' viennent nous arracher les oreilles, et ce, du mois d'avril à octobre, et nos ''braves policiers'' les regardent passer, je ne vois pas malheureusement le jour ou ça cessera...

Avec grand plaisir, vous pouvez ajouter mon nom à votre liste...

Un sympathisant du RQCB de St Joseph du Lac, Qc

"Vous pouvez ajouter mon nom à votre liste.
Nous avons fait le choix de vivre en ville pour réduire les déplacements en auto et être près des services. Par contre, je commence à comprendre ces gens qui s'éloignent pour
jouir de la tranquillité. J'en veux aux autos bruyantes et spécialement à ces motos qui effraient mes filles (elles ont effectivement peur ... le malheur, c'est qu'elles risquent de s'y habituer). Voici à ce sujet une correspondance que j'ai eu avec la SAAQ.
Le 28 août 2006 j'écrivais :
Est-ce que quelqu'un pourrait sérieusement m'expliquer pourquoi certaines motos ont le droit de faire autant de bruit qu'un Boeing, réveillant enfants, déclenchant stress et rage autour d'elles, alors qu'une automobile faisant seulement la moitié moins de bruit
se verrait vite attribuer un « 48 heures » pour régler le problème ? Et pourquoi, si cela n'est déjà pas permis, on laisse faire impunément ces primitifs ? Pourquoi tolère-t-on cette barbarie alors que nous sommes supposés vivre dans un monde civilisé et respecter
notre entourage ?"

c.c. Société de l'assurance automobile du Québec et Journal Le Soleil. 1950, de la Trinité

René Bolduc, Québec, Qc

" Please add us to your list of people who are fed up with noise pollution. 3 years ago we moved out to a small farm in the country. We loved that it was far away from the noise of neighboring towns, and we looked forward to spending several quiet years here raising our family. What a joke. Last Saturday
we counted 120 motorcycles, most of them without mufflers and all of them speeding, go past our house. We have a four month old son who doesn't nap on weekends because as soon as he gets to sleep he is woken up by the noise. My husband is currently renovating our house every evening and weekend so that
we can sell and get out of here. So much for quiet country living. After being up half the night with the baby I was woken up at 5:30 this morning by a motorcycle. We can't have the windows open in our house, and even when they are shut we can still hear the noise. I am so frustrated and fed up; I'm glad there is an organization that is trying to change this. Thank you! "

Victoria Frohloff & Graydon Smith, Qc

Je veux faire partie de votre groupe. J'en ai appris l'existence en faisant une petite recherche sur la pollution émise par les motocyclettes (chacune pollue plus qu'une dizaine de voitures, si j'ai bien compris -données de 2001). La fin de semaine dernière, à vélo, j'ai croisé plusieurs groupes de pollueurs faiseurs de bruits à deux roues et à chaque fois l'indignation m'envahit. Ça ne devrait pas être permis, tout simplement. On impose des catalyseurs et des silencieux pour les véhicules utiles et pas pour les joujoux de luxe que sont les motos et VTT ? Voyons, c'est pas sérieux !

Aubert Tremblay, Québec, Qc - 27 juin 2007

J'appuie votre cause qui est de faire diminuer les bruits excessifs. J'ai pris connaissance de l'existence de votre regroupement par une annonce publicitaire parue dans le journal Le Devoir.
Les bruits excessifs qui m'irritent le plus sont ceux des motos, principalement des Harley-Davidson. Comment se fait-il que ces engins extrêmement bruyants aient le droit de circuler au Québec ? Quand j'achète une auto, dans le prix je paie pour avoir un silencieux efficace, par la suite je suis tenu et obligé de maintenir mon système de silencieux en bon état. Pourquoi les motos ont-elles le droit de polluer par le bruit ? D'où vient cette permission ou ce laxisme ?

Félicitations principalement à ceux qui ont démarré ce regroupement et à ceux qui l'appuient.

Jean-Guy Mailhot, Jonquière Qc - 30 juin 2007.

J'aimerais faire partie de votre liste d'adhérents. J'ai entendu parler de votre organisme dans le Devoir et à la Fête biopaysanne à la Tohu. Un des bruits qui m'irritent le plus est le bruit de certaines motos quand elles accélèrent. C'est vraiment super agressant, il devrait y avoir une réglementation pour interdire des engins aussi bruyants.

Merci de votre engagement pour notre mieux-être à tous.

Dominique Paquette, Montréal - 13-08-07

MAUDIT BRUIT DE MOTOS

Bonjour. Je veux adhérer à votre beau mouvement. Je demeure à LACOLLE sur la route pour les U.S.A. et ici c'est l'enfer. Les h......de motos, ça commence en mars et ça va bien
souvent jusqu'en décembre, c'est assez stressant !

Merci à M.André Clermont. J'ai pris connaissance de votre
adresse courriel dans opinions canoe ; vous devriez la laisser là pour
intéresser d'autres personnes à s'y intéresser. Merci milles fois.

Gérard Vaillancourt, Lacolle, Qc - 27 septembre 2007.

CE QUI M'EXASPÈRE LE PLUS

Je demeure à St-Nicolas, sur Marie-Victorin.

Premièrement ce qui m'exaspère le plus, ce sont les autos sur la 132 (en excès de vistesse, donc plus bruyant) et surtout les motos l'été qui n'ont pratiquement pas de silencieux. En groupe de 5 ou 10 motos c'est infernal...

Bravo pour votre initiative !

Rémy Lévesque, St-Nicolas, Qc - 30 novembre 2007

JE M'Y JOINS

Je désire me joindre à la liste d'adhérents...
J'ai appris votre existence grâce à un article de M. Marc Lavallée dans Le Devoir, en réponse au texte de Mme Bombardier sur le Silence. Il est rafraîchissant de savoir que vous existez.
Pour ma part, le bruit m'a forcé à vendre ma résidence sur le bord du lac de la Montagne à St-Adolphe-d'Howard suite au refus du maire de réduire la vitesse sur la partie de la route 329 longeant le lac afin de réduire le niveau de bruit des véhicules moteurs, surtout des motocyclettes.

Pierre-Paul Roy, Laval-des-Rapides, Qc - 11 janvier 2008

PARC NATIONAL DE LA MAURICIE

Fréquentant à certains moments des endroits naturels comme le parc de la Mauricie, nous sommes exaspérés du bruit de certaines motos puissantes ou modifiées.

Monique Dufresne et Jean-Pierre Beaudoin, Trois-Rivières, Qc - 16 février 2008

haut
Spécimen du bruit insupportable des motocyclettes
Beaucoup d'amateurs de motos aiment entre autres cette activité pour le vacarme qu'elle induit. C'est à ceux qui en souffrent, c'est à la majorité de la population du Québec de leur rappeler que nous tenons à notre qualité de vie, qui tient entre autres à l'absence de bruit excessif, que ce soit en ville, que ce soit en campagne, que ce soit sur les routes secondaires où nous y faisons tranquillement du vélo. Cliquez sur les liens suivants pour vous rendre compte - si besoin est - ou vous rappeler une fois de plus combien les motocyclettes font un bruit intolérable – qui doit cesser. Et n'oubliez pas de nous transmettre vos témoignages de partout au Québec !

http://www.sportbikez.net/video/63

Le clip qui suit s'intitule Harley loud pipes competition :

MESURES AU SONOMÈTRE
Mesures au sonomètre faites à Montréal, le 4 octobre 2007

- Camion/balayeur à 25 pieds : 90dBA (très bruyant, mais engin utile)

- Moto bruyante à 20 pieds : pointes à 94 dBA, le véhicule fonctionnant alors à faible régime (intolérable socialement)

Source http://www.rqcb.ca/fr/motocyclettes.php


Citation
6933c3219729e74493ffbfe30c874e13?s=80&d=mm&r=g
(@custom)
Membre
Inscription: il y a 15 années
Posts: 172
 

Tellement vrai et en même temps tellement triste ... Bientôt nous serons interdit dans tous ces beaux petits villages que nous adorons tant ... Désolant !


RépondreCitation
e250571d2be1c1032ad6fc935651cde0?s=80&d=mm&r=g
(@toutoune)
Membre
Inscription: il y a 15 années
Posts: 51
 

Ça fait réfléchir !! et j'espère que plusieurs d'entre nous lirons ce texte.

C'est bien domage mais tout ces gens qui se plaignent ont tous raison.
Je suis parfaitement d'accord avec eux.
Les motos ne devraient pas déranger les gens qui nous entourent.
Ont est chanceux de pouvoir se promener partout et il ne faudrait pas perdre se privilège. Pensez-y !!

Toutoune
LOL


RépondreCitation
8c2ffe886ad4efd7049a201ff80cd674?s=80&d=mm&r=g
(@slim187)
Membre
Inscription: il y a 15 années
Posts: 288
 

belle découverte Ti Max,

je vais vous donner un apercue qu'a fait la IronButt, norme SAE.
Bruit standard 105 DBA
Voici la facon qu'ils procèdent.
Test pris a 20'' de l'échappement et le moteur au neutre a 50% de son maximum.
Ce qui serait le plus représentatif.

Voilà ce que donne différentes motos et échappements.

Gold Wing 1800 85 DBA
BMW la pluspart 90-94 DBA
HD de compagnie 105 DBA
Ce que vous appelez les 50/50 115 DBA
Straight pipes 125 DBA


RépondreCitation
PatM
 PatM
(@patm)
Membre
Inscription: il y a 15 années
Posts: 5171
 

http

Ride Safe!


RépondreCitation
24a34f2c8565f135428f21855a9a801a?s=80&d=mm&r=g
(@yummypuppy)
Membre
Inscription: il y a 15 années
Posts: 13
 

Je dois admettre que je trouve terriblement agressant le bruit des straight-pipes. Tout autant que les inconscients qui sentent le besoin "rinçer" leurs motos à 11h le soir dans un secteur résidentiel.

Je sais que plusieurs aiment ce son, le feeling, tout autant que plusieurs aiment le son d'un V8 de mustang qui se fait entendre dans les graves. Mais Monsieur et Madame tout le monde n'a pas nécessairement envie de se faire enterrer quand il reçoit du monde autour de la piscine ;)

Enfin, c'est pas demain qu'une loi va changer les émissions sonores acceptées pour les motos j'ai l'impression!


RépondreCitation
Partager:
Retour haut de page