Allocution publique...
 
Notifications
Retirer tout

Allocution publique de Patrick Chaput

 

Max
 Max
(@max)
Équipe
Inscription: il y a 16 années
Posts: 3016
Début du sujet  

Source site du CAPM http://www.capm.qc.ca/cms/CMpro-v-p-25.html

Texte de l'allocution publique - Journée du Loup XII

Québec - 20 mai 2007

Bonjour amis motocyclistes, je me présente: mon nom est Patrick Chaput, membre et partisan à vie du Comité d'action politique motocycliste (CAPM). Si nous sommes réunis ici aujourd'hui, c'est que nous avons tous une chose en commun et j'ai nommé la passion de la moto. En fait, pour cette douzième édition de la Journée du Loup (JDL), il y a une chose que me différencie de vous tous; cette année, je ne suis pas venu à Québec en moto. Ce n'est pas l'envie qui manquait; c'est la capacité physique. À première vue, ça ne parait peut-être pas, mais le 1er juillet 2006, j'ai été impliqué dans un grave accident de la route alors que j'étais à moto. Le personnel de l'Hôpital Sacré-Coeur de Montréal ont dit à mes proches que je n'allais pas survivre; au mieux, que j'allais survivre mais que je ne marcherais plus.

Et puis me revoilà sur mes deux pieds.

C'est dommage à dire mais cet accident est un bel exemple du pourquoi le CAPM se bat; il se bat contre les préjugés et la catégorisation chez les motocyclistes. Suite à cet accident, j'ai entendu toutes sortes de choses: "On sait bien, les jeunes..." ou encore "La maudite moto, c'est dangereux!" Voyez-vous, au moment de cet accident, j'avais 29 ans, je conduisais une grosse custom: une belle Kawasaki Vulcain Mean Streak 2002 1500cc, j'en n'étais pas à ma première moto et tout le monde pourrait vous le dire, j'étais très à cheval sur la sécurité.

Dans cette histoire, je n'avais pas nécessairement le profil d'un motocycliste susceptible d'avoir un accident; pire encore, aucun des motocyclistes impliqués dans cet accident - ma conjointe Isabella de même que mon ami Alain Neveu - n'avait le profil. Tous les trois avons été reconnus non-responsables. C'est une question de mauvais timing ou comme on dit, mauvaise place au mauvais moment. C'est un jeune homme avec les facultés affaiblies qui nous a fauché tous les trois, tuant mon ami Alain sur le coup et envoyant ma conjointe et moi en réadaptation pour de nombreux mois.

Cet exemple illustre bien le combat du CAPM contre la catégorisation et la hausse inéquitable du coût des immatriculations pour les motos. Il est faux de croire que les motocyclistes sont souvent responsables des accidents impliquant une moto.

Il est également faux de croire que l'âge ou le sexe du conducteur ou encore le type de véhicule peuvent servir à fixer la tarification des immatriculations. Ce que demande le CAPM, c'est que la SAAQ se fie sur le dossier du conducteur et son historique d'accidentologie pour fixer la tarification et ce, pour tout véhicule confondu.

Il y a parfois des gens qui me demande: "Patrick, pourquoi continuer à t'impliquer au CAPM? Pourquoi aller à la JDL même si t'as plus de moto?" Je leur réponds qu'il est vrai que je ne peux plus faire de la moto, que ma condition actuelle ne le permet pas. Ça ne veut pas dire qu'un jour, la situation ne va pas s'améliorer. Il y a toujours de l'espoir: la preuve, rappelez-vous ce que les médécins prédisaient pour moi...

Et même si de mon vivant, je ne peux pas profiter des gains que le CAPM fera, je serais heureux que le monde motocycliste bénéficie de tels gains et que la justice l'emporte. La moto et le monde motocycliste m'a tellement apporté en terme de rencontres, de voyages, de sensations agréables, bref: la moto m'a apporté beaucoup de bonheur. Malgré tout ce que je sais maintenant et tout ce que j'ai traversé: la perte de qualité de vie, les difficultés, le découragement de recommencer à zéro et de tout réapprendre - réapprendre à marcher, à manger et à boire, réapprendre à parler - je referais les mêmes choix et je remonterais sur une moto n'importe quand.

Voyez-vous, mon accident m'a appris quelque chose de fondamental, quelque chose qu'on entend souvent mais que bien peu de gens comprenne à sa juste valeur: dans la vie, rien n'est acquis. La santé n'est pas acquise, la vie n'est pas acquise, la liberté de circuler à moto n'est pas acquise. Croyez-moi, j'en sais quelque chose à ce sujet...

Un jour, j'aurai des enfants. Je souhaite laisser en héritage à mes enfants et aux générations futures la possibilité de faire de la moto s'ils le désirent et que cela demeure accessible. Je ne veux pas que la moto devienne une activité ou un moyen de transport pour une élite ou une caste de gens sélectionnée par leur pouvoir monétaire.

Je pense que c'est aussi le souhait des gens qui s'impliquent au CAPM. Des femmes et des hommes qui prennent de nombreuses heures chaque semaine, voire même chaque jour, pour défendre les droits et libertés des motocyclistes comme vous. Mais à eux seuls, ils s'essoufflent et ils ont grandement besoin de votre appui.

En étant présents à Québec en si grand nombre, vous démontrez à toutes ces personnes impliquées que ça valait la peine de mettre toutes ces énergies à préparer une si importante journée et qu'il y a des gens qui les appuient dans cette cause.

Patrick


Citation
6933c3219729e74493ffbfe30c874e13?s=80&d=mm&r=g
(@custom)
Membre
Inscription: il y a 16 années
Posts: 172
 

Je te lève mon chapeau Patrick et je garde en mémoire chaques passages de ton allocution Smile


RépondreCitation
661c1a8b27e18de6b29bc4df60679c85?s=80&d=mm&r=g
(@mr-biker)
Membre
Inscription: il y a 16 années
Posts: 53
 

Je me souviens de Patrick lors des reunions du CAPM avant son accident. Quand je l'ai vu la premiere fois apres son accident, oufffff comme c'est dur de decrire de voir un gars dans l'etat il etait. Mais c'est un gars qui as un moral comme j'ai jamais vu. Apres avoir vecu a un tel accident et le voir aujourd'hui, la seul chose qui je peut dire est que c'est un gagnant et jamais il va lacher la bataille. Donc on devrait prendre exemple de lui et faire du pareil pour combattre les injustices que nous subissons face a la SAAQ.

Bravo Patrick, tu est un vrai champion. LOL


RépondreCitation
Partager:
Retour haut de page