MiamMiam dans le petit train

La locomotive

Une  030-T-3 a été construite en 1933 par les ateliers de la Compagnie. Fives-Lille à Fives dans la banlieue de Lille.

http://www.fivesgroup.com/FR/Groupe/Pages/Historique.aspx

12 16 2012 154455

 

La voiture restaurant de la Compagnie Internationale des Wagons Lits (CIWL) est la seule survivante de cette série de voitures construite à Aytré par les Entreprises Industrielles Charentaises en 1928 pour être utilisée dans les trains de luxe de la Compagnie la voiture restaurant ,style Art Déco voiture de Première classe  affectée à la division de Rome, elle avait été utilisée sur tous les express prestigieux passant par l’Italie : Simplon Orient Express, Rome Express,12 16 2012 1522151

La compagnie des Entreprises industrielles charentaises (EIC) est le nom d’une entreprise spécialisée dans la construction de matériel roulant ferroviaire, créée en 1920 par la Middletown Car Company[ ]elle disparait avec son rachat par la société Brissonneau et Lotz en 1956.

CERCLE FERROVIAIRE ET TOURISTIQUE DU VERMANDOIS

http://www.cftv.fr/

Dès le départ donné, la voie monte pour passer de la vallée de la Somme à la vallée de l’Oise.

La locomotive essoufflée prend un peu de vitesse dans la cuvette de Neuville-Saint-Amand  et arrache son train jusqu’à la gare d’Itancourt , faîte de la ligne et limite du partage des eaux.

Commence alors la descente vers la vallée de l’Oise à travers les riches cultures qui, jadis, procuraient un fort trafic au chemin de fer et arrive à Mézières-sur-Oise , située sur la rive droite.

Franchi le passage à niveau de Mézières-sur-Oise commence la vallée que le train va suivre jusqu’à Origny. Cette zone où l’eau et les grands arbres dominent a toujours attiré les amoureux de la nature : avant-guerre, le “train des pêcheurs” amenait à Séry les Mézières le dimanche matin de nombreux Saint-Quentinois.

La journée passait vite, la gaule à la main, près des guinguettes du bord de l’Oise, au bord des “trous à cailloux” vestiges de l’exploitation des graviers.

Mais la ligne quitte les étangs pour rentrer
dans un tunnel de verdure qui s’élargit brusquement en laissant découvrir le panorama de Ribemont .

Cette petite ville, patrie de Condorcet et de l’architecte Blondel, propose d’agréables promenades au bord de l’Oise, à la découverte de l’ancienne abbaye de Saint-Nicolas des Prés, que l’on voit à gauche de la voie ferrée.

Sa gare pourrait être classée monument historique : c’est la seule qui subsiste de l’origine, tous les autres bâtiments du parcours ayant été détruits pendant la Grande Guerre.

La Promenade se continue en croisant et en recroisant l’Oise jusqu’à Lucy, faubourg de Ribemont, où, par une tranchée, les rails se séparent du fond de la vallée pour rejoindre Origny-Sainte-Benoîte .

Une heure de parcours aller de Saint-Quentin jusqu’à Origny-Sainte-Benoîte,

Quelques minutes d’arrêt où le mécanicien graisse la machine, le chauffeur remplit de charbon le foyer et d’eau les réserves pour faire de la vapeur pour le retour.

Il est alors possible de s’approcher de la locomotive et d’obtenir de monter en cabine sous sa propre responsabilité !

http://www.youtube.com/watch?v=JNFYS6mn_Oc&feature=share&list=UUlRzxnMoPr4yGOUwI3m7jaw

 

 

Laisser un commentaire

Retour haut de page