Search
Filtres de recherche
Correspondances exactes seulement
Dans le titre
Dans le contenu

Try these: phrase 1phrase 2phrase 3

Résumé d’un voyage de 32 ans

3 il y a 8 années

J’ai commencé à voyager en 1981, avec ma 125 Honda et je viens d’achever mon 26 ième voyage à l’étranger il y a quelques semaines.

En voilà un (très) bref résumé

 

 

C’était une chaude journée d’été.

Il enfourcha sa petite moto, partagé entre l’envie de partir et l’angoisse de l’inconnu. Deux semaines plus tard, il foula, avec émotion la terre tunisienne.

Son voyage prenait une autre dimension.

 

 

Quarante cinq degrés à l’ombre et il n’y avait pas d’ombre. Le petit monocylindre bravait avec courage la piste surchauffée. Soudain, comme un mirage en plein désert, un cordon de dunes apparut au loin.

 

 

 

L’orage arriva sans prévenir sur cette route montagneuse du sud de la Yougoslavie. Un cabanon fit office d’abri en attendant l’éclaircie. Demain, ils devraient rentrer en Grèce.

 

 

 

La piste était effroyable pour leur routière inadaptée à de telles conditions. Il apercevait enfin le sommet de cette montagne dont il rêvait depuis des mois. Là-haut, l’ermitage du Père de Foucauld semblait défier le temps.

 

 

 

Il arrêta le moteur. Le silence l’envahit. Il était seul et il se sentait seul sur ce plateau du Fadnoun. Alors, pour se rassurer, il entreprit d’installer sa petite tente grise à l’abri d’un énorme rocher.

 

 

 

 

Le moteur s’éteignit brusquement et il finit en roue libre. Il déploya la béquille latérale, un peu inquiet. Autour de lui, du sable à perte de vue dans cette immensité algérienne.

 

 

 

 

Le froid était vif et il s’abrita derrière la moto, accroupi, tout en regardant l’étang qui s’était formé au pied des dunes à la suite des pluies diluviennes de ces derniers jours.

 

 

 

 

Quelle beauté ! Les gorges du Dades sous leurs yeux après ces trois jours de piste au cours desquels le Maroc avaient déployé tous ses charmes, et ils étaient nombreux.

 

 

 

 

A droite l’océan atlantique dont on pouvait deviner les dangers en apercevant, de temps en temps, une épave de bateau échouée près du rivage, à gauche, le désert et, devant lui, la ligne droite interminable. Le bonheur était en route….

 

 

 

 

 

Les dunes immenses du désert de l’Akakous semblaient  lui promettre des jours de marche dans le sable ocre, des nuits à la belle étoile, de futures rencontres avec les Touaregs. Sa moto, imperturbable, roulait sans manifester le moindre signe de défaillance. Il tapota le réservoir en la remerciant de sa bonne volonté.

 

 

 

 

 

Il quitta la route et parcourut quelques kilomètres au milieu de rochers aux formes diverses. Il avait hâte, maintenant, de passer une nuit dans le désert blanc égyptien.

 

 

 

Ispahan fut comme l’oasis dans le désert, l’endroit où l’on a envie de se poser avant de poursuivre la route. Une douce parenthèse dans ce long voyage.

 

 

 

 

Karakoram Highway : cette route de montagne paraissait sans fin. Soudain, face à lui, le Nanga Parbat, majestueux, du haut de ses 8126 mètres, regardait les trois motos qui se dirigeaient vers la frontière chinoise.

 

 

 

 

Ils s’arrêtèrent près du panneau. L’Irak était proche; ils se sentirent alors très loin de la France.

 

 

 

 

La route s’élevait alors que le soleil s’installait pour la journée. Le lac d’Egirdir resplendissait sous la lumière. Il lui suffisait de tourner la tête vers la droite et d’apercevoir Manon dans sa petite caisse, puis de regarder dans son rétroviseur la Honda VTR 250 qui suivait pour comprendre que ce voyage familial avait un goût unique.

 

En espérant d’autres virées lointaines tant le voyage en moto est synonyme de bonheur.

3 commentaires

  1. jac1300

    Ho wow tout un voyageur ce

    Ho wow tout un voyageur ce christian7

    bien content de voir toute tes belles photos

    continue de partager avec nous

    et j espere qu un jour tu pourat partager tes photos prise ici au Quebec

    merci

    jac

  2. Christian7

    jac1300 a ecrit:

    Ho wow tout un voyageur ce christian7
    bien content de voir toute tes belles photos
    continue de partager avec nous
    et j espere qu un jour tu pourat partager tes photos prise ici au Quebec
    merci
    jac

     

    Oui, je trouve que la moto est une machine à voyager. J’adore charger ma monture et partir avec, loin, et longtemps. A chaque retour, je me dis que c’est peut-être le dernier voyage et, très vite, dans mon cerveau, un autre projet murit doucement…. jusqu’à sa réalisation.

    En plus, il faut dire que nous avons la chance, ici, en France, de pouvoir aller dans des pays complètement différents, de “changer de monde”, sans pour autant avoir besoin d’aller trop loin. Le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Egypte, la Turquie, la Syrie, la Jordanie, l’Iran, tous ces pays que j’ai pu traverser, ne sont en fait pas trop éloignés de chez moi.

    Mon rêve serait maintenant de traverser l’Amérique du sud jusqu’à la Patagonie, mais je réalise que c’est beaucoup plus compliqué et coûteux. Mais, il est doux de rêver au prochain voyage!

    Je parle de quelques uns de ces voyages ici. Si cela peut vous donner des idées…..

    http://www.motards-en-voyage.com/voyages 

     

     

  3. mi-blues

    Tout est équilibré, très
    Tout est équilibré, très belles photos, avec du texte très bref mais qui résume l’essentiel, on se lasse pas à regarder même j’en aurais encore regardé plus .., et pourtant moi qui est n’est pas un amateur de récit de voyage, bravo tout est réussit !

Laisser un commentaire

Mode sombre. Ajustez l’apparence pour réduire les reflets et reposer vos yeux.